Non classé

Le goût des quatre saisons. Mais pas celles de Vivaldi.

12 novembre 2014

image

Il y a un an de ça, je me noyais dans une tasse de thé. Je n’avais qu’une envie. Une seule par dessus tout. M’enfuir du froid, de ce que la ville ne me donnait plus, de ce que plus personne n’était vraiment capable de me donner, de mes pleurs trop salées qui tombaient au coin de ma bouche. Partir à l’autre bout du monde. Seule. Qu’on ne me retienne pas, qu’on ne m’empêche pas de fermer cette foutue valise. Qu’on me laisse monter dans l’avion, partir me réchauffer vers d’autres climats. Fuir l’hiver, les longues soirées d’hiver, ce parfum si familier à côté de moi dans le lit. Alors, je me suis sauvée sous un ciel gris souris. A la rencontre d’autres saisons. Trois exactement. Sous un soleil très blanc et près d’une mer très bleue. L’hiver, le printemps & l’été sous un seul et même temps.

Puis pour l’automne, je suis rentrée. 

Ce soir, en marchant dans la ville retrouvée, entre le froid et les nuages rosés. J’ai souris bêtement. Peu importe les pulls, les gants et les bonnets (A, B, C ou D…), peu importe à quel point les joues rougissent en avançant dans la froideur du mois de Novembre. Peu importe les saisons & l’endroit ou l’on se trouve, pourvu qu’on ait le cœur qui bat assez fort pour les traverser.

You Might Also Like

Aucun commentaire

Répondre