Non classé

Les gens avec de la vie dedans.

9 juillet 2014

image

Hier soir, en tant qu’enfant adoptive du caillou, je suis allée boire un rhum Vanille à la pointe de l’île. Là où les gens défilent, marchent, vont & viennent. La pointe de l’île, ce lieu de passage, où, discrète, je me sens bien, coincée dans ma bulle d’observatoire invisible.

Il y a ces trois nanas, toutes droites sorties d’une fashion week, qui sont passées en riant à la fois de façon exagérée & de manière particulièrement aiguë . Ce genre de nanas (américaines de surcroit) qu’on croise souvent à St-Barth. Montre moi ta robe, je te dirais qui tu es. Ce genre de petites nanas qui ne m’intéressent pas habituellement, que mon esprit oublie bien trop facilement. Probablement parce qu’elles et moi on a pas vraiment la même vie, pas les même robes, pas la même carte bancaire et encore moins la même importance du “paraître”. 

Et je les ai oublié. Jusqu’à ce matin, en faisant la grimace sur mon café quotidien. En surplombant la rue, les yeux dans le plein et le vide. Elles sont passées, toutes les trois. Vêtues d’un de ces discrets pyjamas, qui pourrait se porter sans trop de difficultés en pleine journée. Elles m’ont éveillé un sourire au coin de la bouche.

Les “vrais gens”, ils sont faciles à voir, ils vont à la boulangerie, ils donnent la main à leurs enfants, ils comptent le nombre de cigarettes qu’ils leur reste, ils conduisent pieds nus et ils chantonnent pendant les émissions de Michel Drucker sur France 2.

Avant hier, je pensais qu’il y avait d’un côté les vrais gens et de l’autre les faux, ceux qui vivent dans une vie rêvée. Je pensais qu’il y avait les gens qui ne ressentent pas réellement les choses, les sentiments, les sensations. 

Des années d’études des humains rigolos et un Master en psychologie de café plus tard, j’me suis plantée.

Les vrais gens, ils sont partout. Même caché sous un faux déguisement. Ils se retrouvent en pyjama dans les rues, à 10h du mat’.

You Might Also Like

1 Commentaire

Répondre